*
*
La Caverne de TaLy Baba Index du Forum
*


La Caverne de TaLy Baba Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Secret de longévité

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Caverne de TaLy Baba Index du Forum -> .................................. Pour le PlaiSir et la DéTenTe .............................. ReLaX -> “La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté”
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
georges gabriel
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 156
Localisation: marseille

MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 09:00 (2012)    Sujet du message: Secret de longévité Répondre en citant

Secret de longévité  
 
Françoise Bouchet

28 janvier 2008,

Ce matin, Madame est morte…136 ans à quelques mois près, bel âge non ? … Madame Maria est morte dans son sommeil, comme ça, pendant la nuit, de la plus belle des morts…celle qui vous emporte sans le dire… sans même vous réveiller … avec la plus respectueuse des discrétions .Madame est morte… confortablement riche, grâce entre autre, à son secret de longévité. 
 
C’est Louise, sa dame de compagnie, moins de la moitié de l’âge de madame Maria, 63 ans tout juste, qui a trouvé Madame au petit matin. Elle est venue comme d’habitude, voir si tout allait bien. Dehors, la neige a tout recouvert. Dedans, Madame repose paisiblement dans la chaleur de sa villa normande. Elle semble à peine plus âgée que moi, se dit Louise en regardant Madame. Mêmes cheveux blancs, juste quelques rides de plus… Louise espérait bien vivre aussi âgée que Madame surtout si, comme le prétendait Madame, l’eau de la source du jardin était le véritable secret d’une telle longévité. Louise ne buvait plus que cette eau depuis 20 ans… Vivre aussi longtemps que Madame ! Avec la même forme, … Imaginez, Madame ne consultait jamais un médecin… Pas besoin, toujours bon pied, bon œil, bonne mémoire et beaucoup de bon sens. Ah! Avoir la même jeunesse que Madame aussi longtemps qu’elle…Vivre encore le double d’années…Mais Madame avait elle vraiment tout dit de son secret ? Louise avait toujours eu un léger doute. Madame était rusée. 
 
Louise eut un moment d’affolement en découvrant Madame ainsi, ne respirant plus, dormant paisiblement pour l’éternité… Voyons, à l’âge de Madame, Louise aurait dû s’attendre un peu au départ de Madame pour l’autre monde, mais Louise espérait, puis elle s’était habituée… Le temps passait …Madame semblait immortelle. De toute façon, la mort vous prend toujours au dépourvu quel que soit l’âge du défunt. Louise réfléchit. Ca, elle n’avait pas le cerveau de Madame .Du plus loin qu’elle se souvienne, Louise ne connaît pas de famille à Madame…Madame ne s’est jamais mariée, elle n’a jamais eu d’enfants – Tiens, comme moi -songea Louise – Si quelques cousins avaient existé, eux devaient être morts depuis bien longtemps et les enfants de ces cousins (s’ils en avaient eu) ne devaient même pas soupçonner l’existence d’une si vieille cousine. Louise regarda Madame… D’habitude madame savait la conseiller dans les situations délicates, elle savait répondre à ses interrogations avec une pertinence touchant la perfection… Elle avait toujours l’idée qui convenait. Louise n’avait qu’à suivre .Mais là, maintenant, qui devait-elle prévenir ? Madame Maria, si gentille et si patiente envers elle, ne lui répondrait plus… Louise laissa les sanglots la submerger, libérant une part de son chagrin et de son désarroi. De toute façon, Madame méritait bien ces larmes, même à son âge. Elle avait été une merveilleuse maîtresse. Louise avait été une dame de compagnie comblée. Pas comme avant…  
 
Avant Madame, Louise travaillait au château dans son Bordelais natal. C’est sans regret qu’elle avait quitté la froide demeure et le service d’un couple de châtelains avares et si peu compatissants envers leurs semblables. Elle avait quitté sa région pour l’élégante villa normande de Madame Maria. Ici, la mer était plus verte, le temps peut être plus froid et plus humide, mais la place bien meilleure. Louise chercha plus loin dans ses souvenirs. Quand était- ce donc ? Depuis quand était elle au service de Madame Maria ? En 1968, c’était en 1968… Ca faisait 40 ans, mais c’était l’été, oui, c’est çà en juillet ou en août 1968. Elle avait l’habitude de feuilleter « le figaro », le journal de Monsieur. Monsieur lui donnait le numéro précédent pour effectuer diverses taches ménagères : allumer les poêles et les cheminées de la maison, éplucher les légumes, envelopper les œufs …. Alors Louise le lisait en cachette. Elle avait lu et relu cette petite annonce : « Dame âgée, mais encore alerte, recherche dame de compagnie, libre de toute attache, acceptant de s’installer chez elle – chambre indépendante- s’adresser à Madame Maria Duclos », suivait l’adresse d’une petite station balnéaire normande. C’était tout au nord, loin d’ici ! Mais pourquoi pas ? s’était dit Louise. Elle réunit ses économies, ne prévint que sa patronne. De toute façon, venant de l’assistance publique, qui aurait- elle pu prévenir ? Elle n’eut jamais à le regretter. A 23 ans, sa vie devint alors meilleure qu’elle n’avait jamais été. Madame avait beau avoir déjà 96ans, on lui en aurait donné … allez …60, 70 tout au plus et puis même si ça ne durait pas, quelques années de bonheur, c’était toujours bon à prendre. Madame ne sortait pas beaucoup. En réalité, elle n’aimait pas sortir. Elle n’aimait pas non plus recevoir. Elle prétendait que les vieilles personnes de son âge étaient imbuvables et inintéressantes. Elle aimait la vie tranquille. Elle avait juste besoin de quelqu’un de jeune comme Louise pour faire ses courses, un peu de ménage, de cuisine et surtout lui tenir compagnie. Madame avait tout de suite adopté Louise et Louise adopté Madame. Elle vivait choyée par Madame. Madame était un peu la mère qu’elle n’avait jamais eue. 
 
En fait, en entrant au service de Madame, Louise avait remplacé une certaine Liliane Pasdeloup . Madame expliqua à Louise que Liliane se plaisait beaucoup ici, mais qu’elle avait dû la quitter afin de soigner une vieille tante en Lorraine. « Ah! la famille » avait alors soupiré Madame, « mieux vaut ne pas en avoir, c’est plus simple – car c’est bien votre cas, Louise , comme ça vous ne me quitterez pas? » Louise acquiesça et Madame devint la famille de Louise, cependant que Louise devenait la famille de Madame. 
 
Un jour, une dizaine d’années après que Louise fut entrée au service de Madame, un journaliste de l’hebdomadaire local « Le Petit Normand », qui s’ennuyait faute de faits divers à se mettre sous la dent, s’intéressa à l’âge de Madame. Il interrogea Louise qui révéla alors que Madame était plus que centenaire. Ce fait était encore bien rare. Le journaliste en demanda, bien entendu, la preuve. Il ne pouvait se permettre une fausse nouvelle .Louise lui montra les papiers d’identité de Madame. Madame Duclos était née le 20 avril1872. La nouvelle fit le tour de la région. Madame ne se fâcha pas contre Louise de cette indiscrétion et en femme pratique, elle vit même là le moyen d’améliorer leur quotidien. Son secret de longévité, Madame Maria acceptait de le donner, où plutôt de le vendre… à petites doses… C’était… révéla-t-elle, l’eau de source de son jardin… Elle la buvait depuis sa plus tendre enfance Alors, on s’arracha l’eau de source du jardin de Madame. Aujourd’hui, une fiole de 20 centilitres se vend 15 euros à l’épicerie du village. Moins les frais, il restait, malgré tout une bonne dizaine d’euros pour Madame et Louise à chaque bouteille vendue. Madame vivait déjà assez confortablement, en fille unique, de rentes héritées d’un père et d’une mère de la haute bourgeoisie normande. Elle ne manquait de rien avant. Ce petit commerce de l’eau de source permettait seulement à Louise et Madame de vivre encore mieux. 
 
Louise regarda le corps de Madame. Décidément, Madame méritait quelques larmes. Elle partageait tous les bénéfices ainsi engrangés avec Louise. Si ce n’était pas franchement la fortune, c’était le confort. Madame ne souhaitait pas vraiment que la notoriété de son secret dépasse les limites de la région. Sa tranquillité et celle de Louise en auraient probablement été bouleversées. Non, elles aimaient leurs petites vies tranquilles et se contentaient tout à fait du commerce local. 
 
Mais était ce bien là le véritable secret de l’étonnante longévité de Madame ? Louise savait Madame suffisamment rusée pour n’avoir pas forcément tout dit…Louise songea alors au petit bureau au bas de l’escalier. Voici bien le seul endroit que Louise ne connaissait pas dans la villa. Quarante ans au service de Madame et pas une fois Louise ne fut autorisée à y entrer. Un jour, arrivant trop tôt des courses, elle avait surpris madame qui en sortait. Elle avait eu juste le temps d’apercevoir un magnifique petit secrétaire acajou qui ferait le bonheur de plus d’un brocanteur de la région. Mais c’était tout, Madame avait prestement refermé la porte, éteint la lumière et Louise était bien trop révérencieuse pour poser des questions. Louise avait une fois tenté un regard par le trou de la serrure, mais il n’y avait que du noir. Normal, la pièce ne pouvait déboucher sur aucune fenêtre. Elle était probablement construite sous le sol de la terrasse. Louise avait alors imaginé que, derrière cette porte, se cachait une sorte de cabinet de toilette, un lieu rempli de pots et de crèmes divers, un peu l’antre d’une sorcière, mais d’une bonne sorcière. Elle pensait qu’une partie du secret était ici, à l’abri des oreilles et des regards indiscrets. 
 
Dans le silence de la villa, Louise descendit l’escalier, la porte était fermée à clef comme d’habitude. Par le trou de la serrure, on regard ne rencontra toujours que le noir. Elle chercha respectueusement, mais scrupuleusement, dans la chambre de Madame ; elle ouvrit toutes les caches possibles, tâtonna sous les meubles, tenta le tiroir secret de l’armoire normande, mais ne vit aucune clef. Elle était peut être dans une autre pièce. Louise ne se sentait ni le courage, ni le droit de fouiller toute la maison. Si madame avait voulu qu’elle sache quoique ce soit, elle l’aurait fait savoir d’une façon ou d’une autre. Tant pis, Madame partirait avec son secret… 
 
Bon, raisonna calmement Louise, il faut que je prévienne un médecin. Lui saura quoi faire, il m’indiquera les démarches, les papiers… tout ça quoi…. Louise compulsa les pages jaunes de l’annuaire, y trouva le nom d’un médecin du quartier, souleva le combiné téléphonique de la chambre et commençait à composer le numéro quand elle s’avisa que Madame était en chemise de nuit. Décidément, où avait- elle la tête ? Madame, si coquette, n’aurait jamais accepté de recevoir, même un médecin, vêtue d’une simple chemise de nuit. Louise allait habiller Madame avant d’appeler le médecin. Au fond, Madame n’était plus à une heure près. Louise choisit dans l’armoire une des plus belles robes de Madame. C’est drôle, toutes les deux avaient la même taille et le même poids à deux kilos près. Elles s’étaient souvent amusées à échanger leur robe. En fait, Louise avait découvert les plaisirs de la mode et des beaux vêtements auprès de Madame. Avant Madame, elle n’avait porté que des jupes noires de paysannes. Deux fois par an, Madame commandait un taxi et Louise et elle faisaient les belles boutiques de Paris, revenant les bras chargés de paquets. Elles échangeaient alors certains vêtements comme deux amies. Madame avait beaucoup de goût. Même une fois ou deux, Louise avait joué le rôle de Madame auprès de visiteurs importuns... en quête du secret de sa longévité. Leurs visites dans la capitale les emmenaient également chez les coiffeurs et les esthéticiennes, mais aussi les expositions et les musées. Une vie de rêve pour la petite domestique. 
 
« J’espère qu’à son âge, j’aurais encore sa jeunesse ». Mais comment a-t’elle fait pour vivre si âgée ? 
 
Louise ôta la chemise de nuit de Madame, découvrant à son cou, deux clefs. Voici donc ce qu’elle cherchait. Louise hésita, en avait –elle le droit ? La curiosité fut plus forte, puis si elles étaient là, c’est que Madame l’avait voulu… non ? Elle prit les deux clefs. Elle habilla joliment Madame de sa belle robe comme Madame aurait aimé. Elle arrangea le lit, croisa les mains de Madame sur le drap, puis le cœur battant descendit l’escalier. Devant la porte, elle retint un instant sa respiration, écouta … Pas de bruits. Qu’allait-elle trouver ? Louise ouvrit fébrilement la porte du petit bureau. Elle tâtonna à la recherche d’un interrupteur. Sa main rencontra une ficelle. Elle tira dessus, la lumière emplit doucement la petite pièce. Les yeux de Louise parcourent l’espace. Les murs était badigeonnés à la chaux, comme autrefois, défraîchis. L’odeur était douce, comme légèrement parfumée. Apparemment, il n’y avait dans la pièce que l’ancien secrétaire acajou et sa chaise assortie. Sur le secrétaire, elle vit une bouteille d’encre, comme celle qu’elle avait eu pendant les quelques années où elle avait pu aller à l’école. Elle avait sûrement appris plus de choses auprès de Madame que près du vieux poêle de la classe… Plusieurs plumes pour écrire et des cahiers, une pile de cahiers... Ainsi donc Madame venait ici pour écrire. Peut être avait elle livré au fil des mots son secret de longévité … En tous cas, il n’y avait là rien de ce que Louise avait pu imaginer . 
 
Louise s’assit, ses mains caressèrent les vieux cahiers. Certains paraissaient beaucoup plus anciens que d’autres. Louise choisit le plus ancien comme en attestait l’année indiquée sur la couverture –1892- . L’écriture y était violette et régulière, l’encre un peu pâle, passée par le temps. Le journal commençait le 23 avril 1892, Madame avait 20 ans ce jour- là. Madame y raconte ses 20 ans et le bel officier. Une photo noire et blanc montrait une très jeune et jolie femme près d’un homme en uniforme… Louise y rechercha les traits de Madame, elle était si jeune en ce temps-là … Madame décrit plus loin l’exposition universelle de Paris et la tour Eiffel … Son émerveillement de la capitale, Madame y raconte les grands et les petits évènements de l’Histoire et de son histoire, le scandale de Panama et le départ du bel officier pour Madagascar, une île à conquérir…, le premier cinématographe… puis la mort du bel officier là bas, si loin d’elle, d’une maladie inconnue de la France. Le vieux courrier échangé entre elle et l’officier est sagement rangé… de vraies pièces de musée … Madame raconte certains évènements dont Louise n’avait jamais entendu parlé tellement ce temps est lointain, des présidents dont elle n’a connu que la sonorité du nom. Puis Madame a trente ans, elle vit seule avec sa mère dans la villa, son père est mort de la tuberculose. Elle se passionne pour l’affaire Dreyfus… découpe et colle les articles de journaux de l’époque .Madame s’intéresse à tout… à la mode, aux sciences, à Paris, à la politique, aux avions qui volent à peine. Louise ouvre un nouveau cahier … Elle dévore, elle imagine, elle vit par procuration la vie confortable de Madame. Comme Madame raconte bien. Madame a quarante ans, quarante-cinq quand la guerre éclate…Jaurès est assassiné … Madame suit l’actualité de sa villa …Elle prend soin de sa mère âgée… 1925, la mère de Madame meurt.  
 
Madame confie son chagrin au cahier, puis quelques années plus tard sa décision d’embaucher une dame pour lui tenir compagnie. Elle parle des pauvres filles ne faisant pas l’affaire. Puis enfin, elle parle de Liliane Pasdeloup, de l’intelligence et de la bonté qu’elle a senties chez cette jeune femme de 26 ans. Madame raconte comment elles se sont adoptées l’une et l’autre, respectées malgré leurs différences sociales. Louise en ressent même un léger pincement de jalousie. Louise se laissa bercer plusieurs heures par la vie, les récits et les pensées de Madame. Elle tremble avec Madame pendant la seconde guerre, puis voit le débarquement sur les côtes proches. Madame a alors déjà 72 ans. Louise naissait tout juste. Elle ferme les yeux, imaginant Madame et toute sa vie… 
 
Louise avait oublié le temps présent pour se plonger dans le passé de Madame. Il n’y avait rien dans ces cahiers qui révélait le secret de longévité de Madame. Elle s’étira, se demanda l’heure qu’il pouvait être. Elle allait faire une pause avant de continuer les derniers cahiers. Elle monta à la chambre de Madame. Madame reposait toujours dans la même paix. Louise aurait même juré qu’un léger sourire était apparu sur son visage. Par la fenêtre, la neige tombait en dansant. La vieille pendule sonna 17 heures. Louise croqua une pomme, but un verre d’eau et redescendit dans le petit bureau. Elle avait hâte de continuer. Madame devait sans doute parler d’elle dans quelques cahiers …. 
 
Elle ouvrit le cahier suivant, 1968, tiens, l’année où elle est entrée au service de Madame. Elle remarqua que l’écriture n’était plus tout à fait la même. Madame avait sans doute vieilli ou changé de plume.  
 
10 juillet 1968 
 
« Aujourd’hui, Madame Maria est morte…de sa belle mort… Je l’ai trouvée, dormant pour l’éternité dans son lit…Je dois tout à Madame… Mais si on enterre Madame…Que vais-je devenir ? …Moi Liliane P., cela fait presque 30 ans que je suis au service de Madame. Aujourd’hui, j’ai 56 ans… » 
 
Louise continua tard dans la nuit, découvrant ce qui jusque là lui avait échappé. Dans le cahier, se trouvait une carte d’identité au nom de Liliane Pasdeloup, née le 3 octobre 1912. Ainsi donc Madame Maria … enfin Madame Liliane avait tout de même le respectable âge de 96 ans. Elle ne les faisait toujours pas. Relevant la tête, Louise aperçut un léger recoin…qui avait la première fois échappé à son regard. Approchant, elle vit que le recoin dissimulait une petite porte : la deuxième clef, bien sûr… La porte s’ouvrit sans difficulté sur une minuscule crypte. Un corps embaumé reposait au milieu du silence et des odeurs de bougies… Le corps de la vraie Madame Maria Duclos. 
 
Après un instant de recueillement, Louise revint au secrétaire et commença à écrire, en s’appliquant, l’annonce suivante : « Dame très âgée, mais encore alerte, recherche dame de compagnie, libre de toute attache, acceptant de s’installer chez elle – chambre indépendante- s’adresser à Madame Maria Duclos », suivait l’adresse de la petite station balnéaire normande. Elle la glissa dans une enveloppe, écrivit l’adresse du journal « l’express », timbra. Puis, Louise ferma soigneusement la porte du bureau, attacha les clefs autour de son cou, posa la lettre près de la porte d’entrée, là où le facteur la prendrait. Elle se dirigea vers la bibliothèque de Madame, y saisit un livre qu’elle avait toujours connu là « Le secret des embaumements ». Elle se dirigea vers la chambre de la défunte, alluma la petite lampe de chevet. Elle commença à parcourir l’ouvrage tout en veillant le corps de Madame. Dehors, il faisait nuit.
 
_________________
gabriel


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 09:00 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
GranD' Mâ
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2012
Messages: 242
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 15:36 (2012)    Sujet du message: Secret de longévité Répondre en citant

Merci Gabriel d'avoir posté ce texte , je m'étais promis de le faire depuis que je l'avais lu , alors merci de m'avoir devancée  Wink

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:28 (2018)    Sujet du message: Secret de longévité

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Caverne de TaLy Baba Index du Forum -> .................................. Pour le PlaiSir et la DéTenTe .............................. ReLaX -> “La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté” Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom